42ème CONGRÉS DES RÉSERVES NATURELLES DE FRANCE 3 au 6 avril 2024 à SEIGNOSSE

Écrit par sur 1 mai 2024

La réserve naturelle de l’Étang Noir à Seignosse photo Géraldine Puech

Du 3 au 6 avril, 400 agents des réserves naturelles de France, partenaires, élus et experts, , se sont donnés rendez-vous à Seignosse, notre belle commune du Sud Landes, adossée à l’océan. Tout ce petit monde a phosphoré aux pieds des dunes à deux pas des vagues atlantiques.

42ème congrès des réserves naturelles co-organisé avec le Syndicat mixte de gestion des milieux naturels des Landes au Club BELAMBRA, Les Tuquets à Seignosse.

Le programme studieux et convivial ne laissait aucune place au hasard, l’organisation approchait le parfait avec des conférences, des ateliers, des visites sur le terrain et des temps conviviaux. Au menu, cela va sans dire, la protection forte de la nature en France.

La place primordiale des réserves dans les politiques publiques, leur lien aux territoires, leur rôle de sentinelle pour accompagner la transition écologique, la complémentarité de cet outil avec les autres outils de protection de la nature et ce, dans un contexte évolutif et de changements globaux, n’aura échappé à aucun participants et à une large part des Landais.

La France a décidé d’augmenter la superficie des zones protégées sur le territoire. L’objectif pour 2030 est de placer 10 % du territoire national en protection forte, dans sa nouvelle Stratégie nationale pour la biodiversité.

Un constat préoccupant s’impose, notre chère terre nourricière est en souffrance, 75 % des milieux terrestres et 40 % des milieux marins sont impactés et 60 % des populations vertébrés ont décliné ses 40 dernières années.

Ces atteintes à la biodiversité ont plusieurs causes :

– destruction et artificialisation des milieux naturels

– surexploitation des ressources naturelles

– changement climatique

– pollution des océans, des eaux douces, des sols et de l’air

– introduction d’espèces exotiques envahissantes

Il est urgent de protéger la nature et son héritage en sauvegardant sa biodiversité. La disparition d’une seule espèce peut déclencher des répercussions en cascade. Nous nous devons de préserver les services essentiels, eau potable, la pollinisation, la production d’oxygène. La forêt, régulateur climatique naturel doit plus que jamais attirer notre attention et notre aide. Les bienfaits mentaux et physique de l’interaction avec la nature ont été démontrés par de nombreuses études.

Protéger la nature ne se résume pas seulement à une responsabilité morale, mais à une nécessité vitale pour assurer la sécurité alimentaire, la santé publique, la régulation climatique et le bien-être de la société dans son ensemble.

La France développent des outils de protection de la nature en 4 grandes catégories.

– les protections réglementaires

– la maîtrise foncière

– les protections contractuelles

– les textes internationaux et européens.

Ces outils peuvent bien-sûr être combinés.

Les réserves naturelles et parcs nationaux sont traités comme zones de protection forte. Depuis avril 2022, un décret définit la notion de protection forte et indique que d’autres zones peuvent avoir cette reconnaissance, au cas par cas et au regard de divers critères.

Notre pays recense 359 réserves naturelles. Chacune d’elles, préserve des écosystèmes fragiles, des habitats rares et des espèces menacées. Des études scientifiques peuvent y être menées. Elles deviennent également des modèles pour une gestion durable des espaces naturels. Elles apportent une exemplarité pour de bonnes pratiques en matière de politiques de conservation de la nature. Leur succès démontre l’efficacité des mesures de protection et inspire d’autres initiatives de préservation à plus grande échelle.

Hélène Chancel Lessueur Luc Terraz Paul Carrère photo CSFM

Vendredi 5 avril Côte Sud Fm répondait présent à la mise en place d’un temps presse en compagnie M. Luc TERRAZ président des Réserves naturelles de France, M. Paul CARRERE président du Syndicat mixte de gestion des milieux naturels des Landes, Hélène CHANCEL LESSUEUR directrice régionale adjointe DREAL Nouvelle Aquitaine, Bénédicte GUERINNEL adjointe à la cheffe du service patrimoine naturel DREAL Nouvelle-Aquitaine et des représentants de médias locaux.

Tous ont su nous apporter de nombreuses précisions et éclaircissements avec sourire, compétence et dynamisme.

Quelques chiffres clés :

Sur le territoire national : terre, mer, hexagone, outre-mer confondus

33,5 % d’aires protégées dont 4,2 % en protection forte

Pour le territoire marin

33,6 % d’aires protégées dont 4,1 % en protection forte

Pour le territoire national terrestre

31,2 % d’aires protégées dont 6,2 % en protection forte.

Les réserves naturelles ont un rôle essentiel à travers leur outil juridique permettant une protection efficace. L’objectif de 500 réserves naturelles d’ici 2030 semble atteignable et favoriserait l’ancrage territorial. Plus que jamais, les réserves vont devoir renforcer leurs liens aux territoires, expérimenter et innover en jouant un rôle de sentinelles pour accompagner les changements et la nécessaire transition écologique.

La Stratégie Régionale pour la Biodiversité en Nouvelle-Aquitaine est le cadre d’action commun à l’échelle de la région NA. Elle repose sur 20 objectifs et 49 actions.

Pour tout savoir, en l’ayant demandé : https://srb.biodiversite-nouvelle-aquitaine.fr/

Un constat s’impose, des dossiers avancent, mais la vigilance doit rester de mise. La volonté politique, la pédagogie, les actions sur le terrain, les projets de perspectives positives et éco-responsables doivent rester une priorité pour chacun de nous.

Merci pour ce moment d’échange et merci également à Ludmilla TERRES, chargée de communication RÉSERVES NATURELLES DE FRANCE

Partager cet article
Tags

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

Background